Départ d’Athènes

Voici un mois que je n’ai plus donné de nouvelles, un mois où j’ai pourtant continué de parcourir l’Europe en me dirigeant cette fois vers les contrées plus au Sud. De Budapest jusqu’à Athènes en passant par Istanbul, j’ai pu visiter parmi les plus belles villes européennes de part leur art et notamment leur architecture. J’ai pris beaucoup de plaisir à parcourir les rues historiques de la plupart de ces cités millénaires mais également à parcourir les parfois longues routes qui les reliaient. D’ailleurs, en partant de Budapest, j’ai craqué en dépensant une partie de mon précieux budget dans des tickets de Bus afin d’accélérer un trajet qui ne m’offrait aucun moyen de pêche et donc de restauration à moindre frais.

Mais maintenant, je suis prêt à partir d’Athènes vers Split. Pour parcourir les plus de 1300 km qui me séparent de la Croatie, j’ai décidé de le faire en vélo, profitant de la possibilité de pêcher sur le trajet pour le faire à un rythme moins soutenu. Ma bourse s’est réduite de part l’achat nécessaire de nouvelles protections (solaire, insectes,…) mais j’ai pu éviter de me retrouver à l’hôpital comme certains m’ont averti du piège que présentait Istanbul. Avec un peu plus de 800 écus encore en poche au départ de la capitale grecque, je compte profiter de mon trajet vers Split pour faire quelques économies, la pêche et, peut-être, un peu de travail devraient me permettre de remonter un peu ce capital afin d’assurer la bonne continuité du voyage.

J’essaierais d’écourter les délais à l’avenir dans l’alimentation de mon blog. Mais j’avoue profiter au maximum des voyages que j’effectue et oublie ô combien il vous importe que je les partage avec vous.

Jour 46 – Moscou

Cela faisait un moment que je n’avais pas mis mon blog de voyages à jour, il faut bien dire qu’il devient assez difficile de trouver une connexion stable alors que je traverse la Russie. Mais soit, me voici arrivé à Moscou après un long périple de 46 jours mais surtout avec un capital de plus de 1578 écus dans ma besace. J’ai en effet fait le voyage entre St Petersbourg et Moscou en vélo et je vais maintenant le revendre pour faire la route plus rapidement, en stop, jusqu’à Budapest.

Au niveau du parcours, j’ai quand même hâte de repartir vers le Sud car en ce début de Septembre, on sent qu’il fait quand même un peu plus froid dans les rues de la capitale russe et je suis bien heureux d’avoir acheté quelques accessoires bien utiles pour me maintenir au chaud. Alors que je suis resté deux jours à St Petersbourg à boire de la Vodka pour être plus riche, je ne me souviens du coup plus de ce que j’y ai visité… C’est dommage! Pour éviter cela, je vais me contenter d’une brêve séance de Vodka à Moscou pour le principe de gagner quelques écus et rester une journée à visiter la ville. Je sais, c’est bien trop court et je devrais me contenter du centre historique communiste mais je vous ai déjà parlé de mon envie de redescendre vers le Sud. En tout cas, mon arrivée à Moscou était plus tranquille car je n’ai pas perdu de temps dans les démarches administratives pour partir vers Budapest, au pire, je vais devoir faire un rappel de vaccin dans deux jours, juste avant mon départ pour la capitale hongroise…

Mon statut de voyageur a déjà bien évolué depuis mon départ. Je suis devenu un « avaleur de kilomètre » puis « Pieds agiles » en l’espace de quelques jours. Il faut bien admettre, qu’en voyageant, je ne me suis pas vraiment rendu compte que j’avais déjà près de 4000 km au compteur et que j’approcherais les 6000 bornes en arrivant à Budapest. Un long périple qui m’amène à un honorable 87,1 km par jour. Pour quelqu’un qui souhaitait progresser à son aise, travailler et visiter, c’est un bon rythme. Sans compter qu’avec la route vers la Hongrie, je vais certainement faire augmenter cette moyenne. Sauf si une mauvaise surprise m’est réservé sur cette route…

 

Berlin et Varsovie

Jour 25

Voilà presque un mois que je suis parti de Paris et j’arrive à Varsovie avec mon vélo. Je ne suis finalement pas beaucoup resté sur Berlin car je connaissais déjà bien la ville, juste une journée complète histoire de me reposer un peu, gagner quelques écus en tant que serveur et me promener un peu dans les rues de Berlin-Est. Je ne suis définitivement pas un grand fan de cette capitale européenne… Je me mis donc rapidement en route pour rejoindre la Pologne et notamment Varsovie. Durant ce relativement long voyage, je me suis rendu compte d’une tonne de choses qui détermineraient probablement ma stratégie de voyages car, quoique je veuille faire, il n’en reste pas moins que j’ai un budget à gérer afin de m’assurer d’arriver au bout de mon rêve… Je me suis notamment rendu compte de l’importance capitale de la pêche car manger au restaurant revenait au final assez cher, ces arnaqueurs me faisant payer proportionnellement à ma faim et j’ignore encore comment ils évaluent celle-ci, peut-être est-ce en fonction du nombre de repas que je m’enfile lorsque je suis affamé… Je n’ai malheureusement pas le choix lorsqu’il m’est impossible de pêcher et c’est le cas depuis mon arrivée à Berlin et probablement jusqu’à ce que j’arrive à St Petersbourg. Bref, ce constat va certainement m’amener à réduire la durée des voyages et la période de visite dans les villes où il n’est pas possible de pêcher… J’espère que je ne le regretterais pas…

Ma stratégie sera donc de vendre mon vélo à Varsovie afin d’user d’un moyen de locomotion plus rapide et ainsi gagner quelques jours de voyages. j’ai remarqué qu’il était possible d’aller en Stop jusqu’à St Petersbourg et ce sera mon choix. Ce sera peut-être dommage au vu de l’avantage du vélo et des magnifiques découvertes naturelles et pittoresques lorsque je voyage entre deux villes. Mais me dirigeant actuellement vers le Nord et donc le froid, ce sera pas forcement moins judicieux… Nous reparlerons du vélo ultérieurement.

En parlant du froid, je me suis équipé des quelques accessoires que j’avais acheté à Berlin pour m’assurer de ne pas prendre froid. L’Europe de l’Est est plus fraîche que l’Occident et maintenant que je compte me diriger vers le Nord, ce choix me semble également judicieux! J’ai déjà mon passeport pour la Russie mais je compte rester quelques jours à visiter Varsovie, après tout, j’ai découvert un bon tuyau en tant que testeur de Vodka… 40 écus la demi-journée, je n’avais encore jamais trouvé de travail aussi rémunérateur!

Au niveau des visites, je n’ai pas encore débuté celles de Varsovie et j’ignore encore ce que je vais y voir mais j’ai pu m’arrêter à quelques reprises sur mon chemin pour y faire quelques photos, notamment dans la réserve naturelle près de Kostrzyn, ce qui m’a valu un léger détour mais qui en valait la peine, d’autant que la météo était au rendez-vous.
Berlin et Varsovie dans Europe Kostrzyn La ballade sur le bateau et le long des berges à vélo fut une excellente aventure et un tas de bons souvenirs à conserver pour la suite…
Plus loin, aux alentours de Varsovie, je me suis permis également un autre détour pour voir une curiosité touristique des alentours, Gmina Kiernozia et son église des plus colorées. Gmina-Kiernozia dans Europe Dans un pays où 95% de la population est catholique, il n’est pas rare de voir des églises et certaines sont plus « folkloriques » que d’autres, plus joyeuses ou encore plus classiques (dans le sens de ce que nous pouvons trouver dans nos petits villages en France ou en Belgique).

Je vous raconterai mon séjour à Varsovie très prochainement mais j’ignore encore la durée de mon séjour ici. Je suis partagé entre le soucis d’économie et celui de pouvoir visiter une ville dont on m’a longuement parlé. Peut-être, par le biais du travail en tant que testeur de Vodka, n’est-il pas incompatibles de profiter de quelques jours de visites et de travail et ainsi repartir plus riche que je ne suis arrivé.

Il me reste, en effet 498,6 écus ainsi qu’un vélo d’une valeur de 400 écus. Ce total est donc très proche des 1000 écus avec lesquels je suis parti de Paris. Heureusement que je n’ai plus eu de dépenses médicales à comptabiliser et que je suis bien équipé pour affronter le froid du Nord.

Entre Amsterdam et Berlin

Que ce fut long! Une semaine pour parcourir la distance qui me séparait de Berlin, soit 659 km. Autant vous dire que je suis fatigué d’autant que j’ai été affaibli par une petite Tourista en arrivant sur la capitale allemande. Mais le principal est d’être arrivé à destination et j’en suis pleinement satisfait! 18 jour de voyage et encore 591,6 écus en poche, j’ai trouvé durant mon voyage une solution à mes soucis de nutrition et même de portefeuille: chaque jour et autant que je le pouvais, j’achetais une carte de pêche et je passait 6h de mon temps de repos à pêcher de quoi me nourrir et alimenter ma réserve d’argent. J’en ai également profiter pour visiter quelques points touristiques intéressants sur mon trajet.

Par exemple cette vieille architecture dont je joins la photo à ce blog, se situe aux environs de Bückerburg. Entre Amsterdam et Berlin dans Europe 12413268 Je n’ai pas l’occasion de trasmettre toutes les photos que j’ai réalisé lors de mes visites annexes tout au long de mon parcours. Je sais juste que le fait de se ballader à vélo permet de découvrir de nombreuses choses qui se trouvent entre les villes parcourues et je préfère, comme je l’ai déjà dit auparavant, les curiosités locales et/ou naturelles plutôt que le paysage urbanisé à l’extrême… C’est en visitant de cette manière que j’arrive à me trouver devant une petite place d’un village où je m’implanterais bien ou encore un paysage sous un coucher de soleil qui laisserait penseur même le plus fatigué des cyclo-touristes.

Par contre, ce qui m’a nettement moins laissé rêveur, c’est la gastronomie locale. Comprenez bien que je m’y suis essayé, avant de définitivement me tourner vers la pêche personnalisée. Mais le fait est qu’il est évident que je ne suis pas du tout fan de ce qu’ils servent en Allemagne, leurs plats sont essentiellement cuits dans une graisse et le mélange est tout sauf excellents. Vous me trouverez certainement difficile mais pour un habitué à la gastronomie franco-belge, je dois admettre avoir un peu de mal. Bref, vous pouvez être sûr que j’appréhendes le moment des repas maintenant que je ne peux plus pêcher, ici, à Berlin.

J’ignore encore combien de temps je vais rester dans les rues de la capitale allemande. Ayant visité cette ville il y a pas si longtemps, je ne comptais pas m’y attarder trop longtemps. Peut-être une petite visite des grands monuments, profiter d’un peu travailler pour alimenter ma bourse et finalement me reposer avant de partir vers ma prochaine destination: Varsovie. Mais comme à mon habitude, je vais commencer par les démarches administratives pour y accéder avant d’envisager des visites, des petits boulots et autres activités diverses à Berlin. D’après mes informations, il me faut un stage d’apprentissage de rudiments de polonais, répondre à un petit questionnaire et effectuer quelques procédures médicales obligatoires à l’entrée sur le territoire polonais. Une petite partie « shopping » sera peut-être nécessaire…

Amsterdam, la Venise du Nord

Les obligations administratives effectuées, je pouvais désormais profiter de quelques jours de repos dans la capitale hollandaise à visiter Amsterdam. Je suis déjà venu ici par le passé mais j’étais nettement plus jeune ce qui fait que je ne me souviens plus exactement de tout ce qu’il y a à découvrir dans la région. Un petit détour à l’office du Tourisme (VVV) est donc nécessaire… De là, j’ai pu faire mon petit programme.

J’ai tout de suite commencé par le musée d’Anne Frank car même si je l’avais déjà fait, j’étais trop jeune pour bien comprendre toute l’horreur que l’humanité pouvait s’affliger à elle-même et que dans ces cas-là, il existe des personnes bien courageuses pour surmonter cette horreur. Amsterdam est également connue pour sa culture artistique mais n’étant pas un grand fan d’art, je craignais de devoir passer à côté du principal de la ville.

Amsterdam, la Venise du Nord dans Europe Amsterdam-for-nature-lovers-Vondelpark-150x150

Amsterdam est aussi une ville Nature

Je me suis donc rabattu sur ce que j’aime mieux, les monuments historiques et la Nature. J’ai donc bien aimé me balader dans les rues de cette ville magnifique, l’enchaînement des vieux bâtiments ornés par l’Histoire, les canaux interminables mais ô combien agréable, les ponts dont il m’était impossible d’en choisir un comme étant « le plus beau ». On m’a également conseillé de prendre mon vélo et de rouler jusqu’à un petit village voisin où se trouve la réserve naturelle d’Ilperveeld (voir photo).

ilperveldintegraal dans Europe
J’ai poursuivi ma visite nature par le « Lange Bretten », une autre réserve naturelle en bord de mer avec une faune et une flore magnifique. Je ne savais pas que la région était si riche et pouvait ainsi plaire à tous les profils touristiques, des amoureux de la Nature aux amoureux tout court… Car il faut bien l’avouer que cette ville respire le romantisme et porte bien son surnom de « Venise du Nord ».

Ce que la ville respire aussi, c’est l’amour du vélo c’est donc naturellement que j’ai essayé de maximiser mes déplacements dans la ville, en vélo. J’ai profité des 3 jours passés ici pour visiter également de jolis coins dans la région mais sachant que j’allais poursuivre ma route vers Berlin en vélo, j’essayais de ne pas aller trop loin et de préférence vers où je n’allais pas comme Alkmaar ou, plus près, Harlem. En ce dernier jour sur place, j’ai profité de l’ambiance romantique d’un Canal couplé à une température estivale pour m’offrir un repas frugal sur un bateau-croisière. C’était somptueusement bon et agréable, même si coûteux…

Cela fait 11 jours que je suis parti et demain je prends la longue route qui m’attend jusqu’à Berlin. Grâce au travail et à un ticket de course gagnant, je repars d’Amsterdam plus riche avec 602 écus en poche.

Arrivée à Amsterdam

Il ne m’a fallut que deux jours de voyage pour parcourir les 205 km qui me séparait d’Amsterdam et alors que l’après-midi ne fait que commencer, j’entre dans la ville avec mon nouveau vélo. Je suis assez satisfait du rythme de voyage que me donne le vélo et j’envisage sérieusement de poursuivre mon aventure avec pendant un bon bout de chemin.

Comme je l’avais déjà fait à Bruxelles, j’ai décidé de débuter rapidement par les obligations administratives nécessaires pour la prochaine étape, Berlin. Il s’agit évidemment des démarches pour obtenir mon VISA mais je décide de commencer d’abord par le passage conseillé au dispensaire. On m’a effectivement conseillé de faire mon vaccin pour l’hépatite A sur place alors j’ai rapidement pris la décision d’y aller et de faire ce qu’il fallait. Coût de l’opération: 42 écus!

Je me dirige ensuite vers la Mairie de la ville afin de connaître les démarches nécessaires pour aller à ma prochaine destination, Berlin. Apprentissage des rudiments d’allemand et questionnaire sont au programme à l’obtention de mon Visa. Ce furent donc mes occupations à la fin de cette première journée à Amsterdam avant un repos bien mérité… et mon Visa.

Le lendemain, je me balade tranquillement sur les canaux alors que j’aperçois un nombre incalculable de pêcheur, et la prise semblait plutôt bonne alors je me renseigne pour acheter une canne à pêche ce qui me permettra certainement de me nourrir par mes propres moyens et donc, à moindre coût. Je passe donc au marché où je finis par acheter une gourde en complément de la canne à pêche. Coût de l’opération: 48 écus. Amsterdam commence déjà à me revenir cher…

Je continue de flâner sans but lorsque je tombe devant une petite annonce pour un job de « rangement de vélos ». Ravi d’avoir trouvé une opportunité d’exercer un job que je n’avais pas encore fait tout en remplissant ma bourse de voyages, je me promis de me présenter le lendemain. Après un repos bien mérité, les prochains jours (sans savoir combien) seront alloués au travail et à la visite de la ville.

Cela fait 8 jours que je suis parti de Paris, j’ai parcouru 515 km et il me reste 467 écus en poche. (et un vélo)

Départ, le Vrai

Après avoir travaillé comme serveur, testeur de Bière, coupeur de frites et ouvreur de Moules à travers la ville, après avoir rendu visite à la famille et aux amis, il est maintenant grand temps de prendre le chemin vers la prochaine destination: Amsterdam.

Cela fait maintenant 6 jours que je suis parti de Paris mais le vrai départ se situe maintenant. J’ai finalement pris la décision d’acheter un vélo, grand amateur de ce moyen de locomotion, je compte l’utiliser au maximum, aller le plus loin possible en traversant le monde avec.

Mon beau vélo de voyage

Mon beau vélo de voyage

J’ai également acheter une veste imperméable afin de pouvoir rouler même quand il pleut, ce qui dans cette région n’est pas une maigre précaution. Résultat, je repars vers Amsterdam avec un peu plus de 600 écus en poche mais avec la perspective de pouvoir revendre mon vélo plus tard pour 400 écus ce qui me fait un capital de plus de 1000 écus. Ces quelques jours à Bruxelles auront été intéressant grâce au travail trouvé sur place.

Le voyage fera 210 km jusqu’à Amsterdam et j’ignore encore combien de temps je resterais sur place, j’ignore même quand j’y arriverais. j’ai pris la décision de voir au fur et à mesure, si je me plais bien dans une ville, que j’y trouve assez facilement du travail, j’aurais tendance à vouloir y rester pour la visiter et renflouer un peu ma bourse de voyage. Dans le cas contraire, je prendrais rapidement la route vers la destination suivante…

Il est maintenant temps pour moi d’y aller. Les Adieux furent durs et pénibles mais la perspective de faire un magnifique voyage l’emporte sur le reste.

Arrivée à Bruxelles

Nous sommes arrivés de bonne heure à Bruxelles, mon compagnon de route devant arriver avant le début de son horaire de boulot. Travaillant comme “commercial” chez Pfizer, il me déposa à l’entrée de la ville. Après avoir pris le métro à “Roodebeek” avec mes affaires, je pus facilement rejoindre le centre-ville que je connaissais si bien.
Trop tôt pour aller dire bonjour à ma famille, je décide d’entreprendre les démarches pour obtenir mon VISA pour Amsterdam, le fait de le prendre assez vite me permettra sûrement de me pousser à repartir aussi vite… Cette étape étant difficile car je suis chez moi.

Je sais qu’il me faut un vaccin, je rejoins donc une petite clinique où je passe mon vaccin pour une somme raisonnable et je me dirige ensuite vers la Grand-Place où se trouve l’Hôtel de Ville de Bruxelles. Après une assez longue file, j’arrive finalement au guichet des VISA et j’obtiens donc le précieux papier, même si je n’en aurais pas besoin avant un petit moment. En sortant, sur la Grand-Place, je me dirige vers le “Roy d’Espagne”, un petit café sur un des coins, j’aperçois une affiche demandant un serveur pour la soirée et la nuit, je me présente et je suis engagé, je commence à 18h, il est 9h.

Ce petit travail me permettra de retrouver un niveau acceptable de revenus. Je n’ai pas encore décidé de comment j’allais voyager mais étant un cyclo-touriste averti, j’envisageais d’acheter un vélo afin d’aller raisonnablement vite. C’est un budget mais je pourrais en récupérer une bonne partie et cela reste un investissement plus qu’utile.
Visa en poche, une heure plus raisonnable, je me dirige vers une Boulangerie, achète quelques croissants et me dirige ensuite vers le Métro pour rejoindre ma Grand-Mère.

Elle fut évidemment bien heureuse de me voir et c’était tout réciproque, que je l’aime cette Grand-Mère. On déjeune ensemble se racontant les derniers moments que nous n’avons pas pu passer ensemble et ceux qui sont à venir. Le temps passe vite et le moment d’aller travailler vint trop vite, on s’embrassa chaleureusement, je lui promis de repasser avant mon départ et comme à son habitude, elle me fila un petit billet dans la poche droite de ma veste. Je vais maintenant travailler, je passerais voir mes amis demain.

Le départ de Paris

Dans le cadre d’un travail fraîchement acquis à la sortie de l’université, je me trouvais à Paris depuis quelques mois avant de finalement décider de m’engager dans mon projet. J’avais réussi à économiser un peu d’argent afin de partir avec une réserve de sécurité (1000 écus) (Note: les écus sont la monnaie dans le jeu) mais je savais d’emblée que ce ne serait pas suffisant. Souhaitant vivre une véritable aventure, mes préparatifs furent brefs, équipé uniquement d’un sac à dos vide, d’une petite tente et d’une paire de chaussure de marche, je partais de la Tour Eiffel avec une énorme volonté mais uniquement mes pieds pour avancer. J’espérais terminer ce magnifique voyage qui m’attend en ce même lieu, même si au fond de moi, je voulais vraiment que cela arrive le plus tard possible.

Le véritable départ n’est pas aujourd’hui car je comptais passer par Bruxelles pour retrouver Amis et Famille auxquels je souhaitais faire mon ultime « au revoir » ce qui marquerait le véritable départ de ce Tour du Monde. Il fallait cependant parcourir les 305 km qui me sépare de Bruxelles, les premiers d’une quantité dont je ne veux pas encore connaître le nombre exact et qui formeront l’ensemble d’une aventure inoubliable.

En route, à pied, depuis 37 km, je vis le temps virer à l’orage. C’est à ce moment qu’un généreux automobiliste accepta de me prendre sur son chemin et de me déposer à Bruxelles. Pierre possédait une Peugeot 206 blanche et faisait la route vers Bruxelles toutes les semaines car il travaillait là-bas même si sa famille restait à Paris. Le voyage fut agréable jusqu’à ce qu’un accident vint bloquer le traffic nous obligeant à nous arrêter pour la nuit, il restait alors une centaine de kilomètres à parcourir avant d’arriver à Bruxelles. Pierre trouva un petit hôtel d’autoroute tandis que j’installais ma tente non loin de là… On se décida d’une heure pour partir le lendemain, à l’aube et j’attendais avec impatience de retrouver Bruxelles.

Bienvenue dans mon Tour du Monde!

Ce blog a été créé dans le cadre d’un jeu en ligne, Chacunsonchemin.com où chaque joueur peut parcourir le monde et visiter les pays et villes rencontrés. Bien que ce Tour du Monde soit virtuel, je souhaitais en profiter pour préparer mon véritable projet de Tour du Monde en utilisant les supports techniques (Blog, sites Web) et me familiariser avec afin d’être prêt lorsque les choses sérieuses arriveront.

Ce blog est donc surtout un test grandeur nature où je vais tenter de jouer le jeu pleinement comme si le Tour que réalisait mon personnage (Dertil) était réel et qu’il lui arrivait un tas d’aventures que je conterais via ce Blog. Il sera divisé en plusieurs catégories qui représenteront différentes parties du voyages que ce soit le « Départ » ou les différents continents visités.

N’hésitez pas à partager vos propres expériences et conseils en commentant ce que vous lisez ou ce que vous voyez.

Je vous souhaite à tous un bon voyage et une excellente découverte!



Blogdejeuwii |
Atoutsmothais |
Just Dance 4 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dollzandgirlz
| Carnet d'Hulmigas
| Arkhamasylio